Le chomage – mode d’emploi (1/3*)

*Ah oui c’est un sujet qui mérite un développement en 3 parties, 3 sous-parties #commeenhypokhagne

Salut les amis !

Aujourd’hui on va parler d’un sujet particulièrement intéressant, tellement passionnant à vrai dire que depuis quelques années, tout le monde n’a que ce mot à la bouche : le CHOMAGE (ouhouh…).

Ne fuyez pas trop vite s’il vous plait…

Le chômage, ça n’a rien de marrant, tout en monde en convient. Financièrement, c’est la panade (surtout au Cambodge ou l’indéboulonnable premier ministre n’a pas encore eu, en trente ans de pouvoir, la bonne idée d’instaurer un système de protection sociale. QUOI ?! Donner de l’argent aux pauvres, GRATUITEMENT ?! Teuh teuh teuh). Socialement, ça n’est pas beaucoup mieux et puis bon il faut bien se l’avouer, quand on est chômeur, on ne sert, tout bonnement, à rien. Enfin, à rien en tous cas dans cette brave société qui tourne uniquement autour du travail mais qui est incapable d’en offrir à sa population.

Bref.

Comme vous le savez peut-être, j’ai il y a quelques mois embrassé cette enviable condition de chômeuse pour la première fois de ma jeune vie. Et honnêtement, je considère que je ne m’en suis pas trop mal sortie. Mais je n’en tire pas beaucoup de mérite. D’abord, j’ai un amoureux exceptionnel et des amis formidables (<3) qui ont été les béquilles, les attelles, les plâtres et les écharpes de mon moral parfois tout cassé. Et puis surtout y a ce mec, il est moine tibétain (LOL) (non c’est vrai), il s’appelle Matthieu Ricard et il y a quelques années, il m’a enseigné la Méditation. Depuis, j’arrive a un peu moins avoir toujours envie que les choses soient différentes de ce qu’elles sont. J’ai donc, cahin-caha, continué à être heureuse, avec ma pauvreté, mon vide social professionnel, mon servage à rien et mon inexistence d’avenir.

Mais bon, on a beau accepter que les choses – aussi merdiques soient-elles – sont ce qu’elles sont pour soi-même, avec le chômage, c’est quand-même toutes les absurdités, les incohérences et les injustices de ce monde malade qui vous explosent à la face.

Moi, avec toute l’humilité qui me caractérise, je m’étais toujours dit Peuh, le chômage, très peu pour moi. Ou alors d’accord mais pas longtemps. Comment pouvait-il en être autrement ? J’avais tout bien fait comme il fallait, depuis mon bac Mention-Très-Bien au choix d’une filière professionnelle qui me passionne et pour laquelle j’aurais tout beaucoup donné (beaucoup trop si vous voulez mon avis), en passant par les longues études, les doubles diplômes, les expériences « significatives » (pfff), la motivation et l’enthousiasme à toute épreuve, les qualités « interpersonnelles » (pfff), le sens de l’organisation et des responsabilités, etc, etc, etc, etc. Enfin bref, la bonne élève que j’ai été à l’école pensait toujours répondre aux joyeux critères de sélection de la sphère professionnelle et n’aurait pas toléré qu’il en soit autrement.

Et pourtant, comme tout le monde, j’ai galéré. Comme tous mes amis intelligents, brillants, jeunes, dynamiques, motivés, enthousiastes, aux CVs irréprochables, aux bacs avec mention et aux « grandes écoles ». Comme les autres jeunes, moins qualifiés peut-être, avec moins d’années d’études au compteur, ceux qui n’ont pas forcément eu le bac avec mention ou le bac tout court. Comme les bobos dynamiques un peu plus matures qui se retrouvent soudain sur le carreau, victimes d’un plan social et qui ne retrouvent pas forcément un boulot en 2 semaines. Comme ces seniors que notre douce société considère comme périmés passé les 50 piges. Et puis comme tous les autres, parce que s’il y a bien une chose que le chômage apprend, c’est qu’on est tous égaux face à lui. On est tous là, comme des cons, les bras ballants, la bouche ouverte, avec notre joli CV et notre lettre de motiv’ sans fautes d’orthographe et on se dit Mais… mais c’est pas POSSIBLE, j’étais fait(e) pour ce poste !

C'est pas la blague la plus LOL que le chomage ait inventé ca? :D
C’est pas la blague la plus LOL que le chomage ait inventé ca? 😀

Vous voulez savoir ce qu’il se passe quand on referme la bouche, qu’on relève les bras et qu’on remballe son CV ? Rendez-vous demain pour connaitre la suite de mes aventures.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s