Trompez sans scrupules avec Gleeden : garantis 100% sans frais culpabilité

La semaine dernière j’ai passé 3 jours à Paris à, essentiellement, me balader le nez en l’air en sifflotant et à boire des coups avec les copains.

(Ca va je n’ai pas trop à me plaindre de ma vie).

J’ai juste un peu badé dans le métro, rapport aux clochards qui sont tout de même de plus en plus nombreux à nous conter leurs histoires tire-larmes et petite monnaie (je ne les en blâme pas, tout ça c’est de la faute des socialistes de toutes façons), aux gens qui marchent trop vite en regardant leur pieds et au carnet de 10 tickets à 14 balles (je n’ai pas du tout l’impression de défoncer des portes ouvertes…).

Mais bon, tout ça n’est pas le pire du métro de Paris…

Le pire du métro de Paris, c’est ça :

Croc croc

Croc croc

Que les choses soient bien claires : je suis loin, très loin d’être la première des puritaines du sexe, défenseuse de la sacro-sainte fidélité érigée en norme ultime, utopiste de l’amour tout puissant comme seul salut de l’individu et de l’humanité.

Je pense que chaque couple, le mien en premier, répond à sa propre logique et par conséquent échappe souvent à celle des autres. Chaque couple, comme chaque individu, moi la première, a sa vie, son histoire, ses principes, ses incertitudes, sa complexité. Je ne suis pas là pour en juger. Jamais je n’irai mettre mon nez dans les affaires du couple d’autrui, tout comme je ne supporterai pas qu’on vienne mettre son nez dans les miennes.

Bref, je suis ouverte à tout et, à la limite, que ce type de site existe, je me contre-tamponne un peu le coquillard, tout comme je m’en balance des sites pornos ou des sites de rencontre aux principes un peu borderline…

Mais lorsque je vois ce type d’affichage dans le métro parisien, entre deux pub pour des voyages en Tunisie et des canapés de chez Ikea, cela me donne envie de m’arracher le bras et de me cogner sur la tête avec pour être sure que je ne rêve pas.

Pourquoi ?

Variez les plaisirs

Parce que ce dont il est fait promotion ici sans aucun complexe, ce sont les relations extra-conjugales, c’est-à-dire par définition menées sans le consentement et souvent dans le dos de son partenaire « officiel ». Quel est le message derrière tout cela ?

« Faites-vous plaisir, ne pensez qu’a votre cul, tout ira bien. Prenez votre pied en toute légitimité, sans tabou et sans culpabilité. Et surtout ne vous inquiétez pas, avec nous votre secret est bien gardé ».

Sauf que ce message ne s’adresse qu’à une moitié de couple. Pour l’autre moitié, le message sera tout autre :

« Puisque vous êtes incapable de satisfaire votre partenaire, nous sommes là pour prendre le relais et leur offrir une vie sexuelle ou sentimentale épanouissante et pleinement satisfaisante. Grace à nous, vos conjoints savent maintenant où aller pour baiser dans votre dos. Ne nous remerciez pas».

Hum hum…

Mais où est le problème puisque, de toutes façons, c’est une réalité qui existe déjà et que près d’une personne sur 2 avoue avoir déjà été infidèle à son/sa conjoint(e), hein? (source : Ifop, pour une étude commandée par… Gleeden) C’est d’ailleurs l’argument premier qu’avancent les fondateurs du site, se gardant bien de toute responsabilité. Ils ne sont là que pour répondre à un « besoin* » parti d’un « constat » que de toutes façons tout le monde s’envoie déjà en l’air dans le dos de l’autre, alors l’encourager ou pas, franchement, big difference… Et puis si ça peut nous permettre de ramasser de l’argent au passage, pourquoi s’en priver ?

*Notez au passage l’argument biaisé du raisonnement par l’absurde de la société de consommation qui place les chiffres avant l’humain. Si ça marche, c’est que c’est ce que les gens voulaient. Nous n’avons pas créé le besoin, il existait déjà, nous y répondons pour le bien de tous. Amen.

Oui mais…

A partir du moment où la promotion de l’adultère est affichée dans le métro, la réalité des relations extra-conjugales sort du cadre « fait de société » pour devenir « objet de promotion » et c’est cela, au fond, le réel problème. Désormais, chacun peut se dire Tiens et si moi aussi je m’y mettais ?

Personnellement, l’affichage public d’un tel mépris pour le couple et la fidélité me dérange (c’est un euphémisme). Car prôner l’infidélité c’est au final afficher le couple comme absolu objet d’insatisfaction et en oublier la complexité en offrant ce qu’on présente comme LA solution, une solution sommes toutes aux limites morales extrêmement distendues…

Et en faisant l’éloge publique (encore une fois c’est vraiment cela qui me gêne) des relations cachées, comment de pas s’attendre à ce que l’ensemble de la société ne bascule dans l’angoisse et la paranoïa ? Bouleverser aussi violemment les valeurs « traditionnelles », n’est-ce pas la porte ouverte à une société encore plus anxiogène et désorientée ? Quelle personne, heureuse en couple, ne se sentirait pas menacée par la tromperie décomplexée érigée en principe social? Quelle société et quels individus peuvent se construire sainement sur la dissimulation et le mensonge reconnus comme norme?

Société parano

Comprenez-moi bien, je ne suis pas une réactionnaire anti-évolution. Toute société évolue naturellement. Ce qui pouvait paraitre une hérésie il y a des années/siècles (le divorce ou encore le mariage homosexuel par exemple) est aujourd’hui normal et légal, et Dieu merci. Loin de moi l’idée de remettre en question ce que je considère comme de grands progrès sociétaux.

Peut-être un jour vivrons-nous dans une société plus libertine ou les relations extra-conjugales n’auront plus rien de dérangeant ni de dangereux, ou elles seront vues comme un exutoire ordinaire à la pression du couple et de la famille et où elles seront comprises comme un élément indissociable de l’équilibre du couple et de la liberté des conjoints et non plus comme une menace et une révélation que l’amour est mort. Mais cette société, si elle se construit, devra se construire ensemble et avec les opinions, les inquiétudes, les réticences de chacun.

Dans tous les cas, pardonnez-moi si je me trompe mais je pense que nous en sommes bien loin. Les « adultères » sont toujours fortement condamnés dans la sphère privée et publique, les relations extra-conjugales sont encore la première cause de divorce et ma génération, croyez-moi, a encore terriblement envie de croire à l’amour, à la fidélité et au bonheur conjugal. D’un autre côté, certains couples sont plus libérés que d’autres et tant mieux. Il existe des sites et clubs échangistes, cela ne me pose aucun problème. Chacun est maitre en son royaume et je suis totalement pour laisser les amoureux établir eux-mêmes les « règles » de leur relation en s’affranchissant de certains diktats moraux et sociaux qu’ils considèreront obsolètes ou abusifs.

Mais je trouve que faire exploser à la face du monde les hypocrisies intimes sous couvert de « casser les tabous », prétendre renverser des normes pour en final en créer de nouvelles bien plus pernicieuse, c’est aller un peu loin, un peu vite.

Pensé pour les femmes…

Et puis bien sûr il ne faut pas oublie la cible de cette pub :

pense femmes

Entendez Par des femmes pour des femmes.

Ben oui car n’est-ce pas ça le féminisme après tout ? Vouloir être l’égal de l’homme, c’est-à-dire assumer d’aller niquer dans le dos de son mec sans se faire traiter de salope parce qu’après tout, quelque part c’est de bonne guerre après tout ce qu’ils nous font subir.

Belle interprétation des aspirations a la parité inter-sexe…

Si cette publicité vantait un site pensé par les hommes pour les hommes, cela créerait un énorme tollé. On l’assimilerait à du machisme et du sexisme. On s’insurgerait contre l’image de la femme en couple vue comme incapable de satisfaire les pulsions de son mari. On s’étranglerait de rage en se disant que cela reconnait des besoins sexuels plus dissolus pour les hommes que pour leurs conjointes.

Si on veut être l’égale de l’homme, poussons l’absurde jusqu’au bout et acceptons que les mecs aussi aient ce genre de site afin qu’ils aient eux aussi accès à l’adultère facile, ça ne serait que justice…

Vers l’apologie du plaisir irresponsable?

Le problème avec cet encouragement à prendre son pied sans se biler, c’est que cela oublie un principe fondamental : tout « vice » contient son revers et encourager le plaisir en ignorant ce revers peut se révéler extrêmement dangereux…

Si l’encouragement au plaisir égoïste doit primer sur les valeurs, pourquoi ne pas afficher dans le métro des publicités encourageant à aller voir les putes? Encore un fait de société reconnu par tous, alors pourquoi ne pas lever le tabou ?

A quoi bon interdire encore les publicités sur l’alcool et le tabac ? Tout le monde en consomme de toute façon…

Sommes-nous devenus cyniques à ce point ?

Et l’amour dans tout ça… ?

Pardonnez-moi je suis peut-être vieux jeu mais je crois encore en l’amour et au couple. Je crois aussi que cela arrive à tout le monde de faire un pas de côté et peut-être en effet que la fidélité est un mythe. Mais cela me tue d’en tirer la conséquence que l’infidélité peut désormais devenir un sujet de promotion, un objet de consommation comme un autre qui mérite son affichage publicitaire dans le métro.

Très franchement, si mon mec doit me tromper un jour, je préfèrerai que cela soit avec une belle personne qu’il aura croisé au gré de la vie et avec qui il choisira d’avoir une histoire, que parce qu’il aura vu une pub dans le métro et se sera dit Tiens, j’irai bien tirer mon coup ailleurs. Comme il se dirait Tiens, j’achèterai bien un nouvel appareil photo.

Cela me paraitrait moins glauque…

Par ailleurs, ou se trouve la responsabilité du site en cas de drame, de violence conjugale ? Les drames, la violence existaient avant le site, certes, mais ils restaient dans la sphère privée. A présent, il y a, entre les amoureux, un intermédiaire dénué de toute pudeur dont le seul but est, semble-t-il, de foutre la merde dans leur relation.

Tromper pour moi, ce n’est pas une affaire de « Variez les plaisirs » et de se mettre autre chose sous la dent un jour par semaine. Le banaliser revient à bouleverser des règles qui ne sont pas prêtes à l’être. Je ne suis pas pour la fusion de la sphère intime avec la sphère publique et encore moins économique (parce qu’au final le plus dégueulasse dans tout ça c’est que des mecs s’amassent du fric sur le dos de nos valeurs). Je suis contre le fait de rendre si banal quelque chose qui est, je pense, très complexe et devrait rester du ressort des individus et des couples.

Alors oui on pourra me parler des « success story », ces gens qui ont changé leur vie, retrouvé un équilibre conjugale en retrouvant une vie sexuelle, ont compensé la solitude d’être délaissé par de belles rencontres… Honnêtement, les gens qui veulent une relation extra-conjugale n’ont pas besoin d’un site dédié, il en existe déjà pléthore sur la toile.

Et surtout, ils n’ont pas besoin d’affiches dans le métro pour les trouver.

La question est : jusqu’où est-on prêts à aller dans l’affichage décomplexé de l’indécence et le piétinement des valeurs sociales pour, une fois de plus, le bénéfice, financier ou sexuel, de quelques-uns ?

Il est plus que temps d’y réfléchir.

Publicités

Une réflexion sur “Trompez sans scrupules avec Gleeden : garantis 100% sans frais culpabilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s