Recette de la Fin du Monde

Chers lecteurs,

Aujourd’hui je vous livre une recette qui n’a rien de végan. D’ailleurs elle va plutot même à l’encontre de tous les principes éthiques prônés par ce régime. Bien au contraire cette recette n’a rien de bon ni pour votre santé, ni pour les animaux, ni pour la planète puisque c’est tout simplement la recette de La Fin Du Monde (ah oui c’est tout un programme).

DEAD

Vous etes prêts? C’est parti.

Ingrédients :

  • Un bon Vieux Continent bien mur et sa commission
  • Environ 6 centaines de consultants un peu aigres
  • Une pincée de représentants populaires
  • Quelques dizaines d’avocats corrompus
  • Un droit abusif

Temps de préparation :

Entre 15 et 20 années de négociations

Niveau de difficulté :

Confirmé (ce n’est pas un truc pour les chochottes)

Etapes :

  1. Au préalable, assurez-vous que toutes les conditions de sécurité soient réunies pour la réussite de votre recette. Fermez bien la pièce à double-tour avec plusieurs cadenas aux codes très compliqués. Calfeutrer la pièce pour qu’aucun son ne puisse sortir. N’hésitez pas à installer un sas de décompression avec détecteur automatique de journaliste en cas d’infiltration. RIEN NE DOIT FILTRER. Ceci est absolument primordial. Toute information qui atteindrait le monde extérieur pourrait compromettre la réussite de votre recette.
  2. Une fois cette étape franchie, vous pouvez passer aux choses sérieuses : faites entrer toutes les personnes concernées par cette Fin du Monde : grands banquiers, patrons de multinationales et politiciens. Ajouter la pincée de représentants du peuple. Puis mélangez allégrement le reste des ingrédients de la recette dans une grande bassine. Vous pouvez ajouter un soupçon de mauvaise foi comme exhausteur de gout
  3. Laissez mijoter un bon paquet d’années
  4. Démoulez votre gâteau et livrez-le sur un plateau aux populations européennes
  5. Regardez-les s’empoisonner en rigolant grassement

Vous n’avez rien compris à ma recette? C’est normal. Sa logique est d’ailleurs censée totalement vous échapper.

Il n’empêche. Ce gâteau existe. Il a un nom. Plusieurs même. On l’appelle TAFTA, TTIP ou encore Traité de libre-échange transatlantique et il est en train de cuire bien tranquillement pendant que ses concepteurs nous préparent la plus grosse indigestion de notre vie.

Le TAFTA c’est donc ce que mijote actuellement, dans le plus grand secret, la Commission Européenne de Bruxelles et les Etats-Unis avec la complicité des multinationales et des banques. Ils n’ont pas jugé utile d’en informer les populations concernées par souci de simplification et d’efficacité. C’est bien connu, la démocratie c’est avant tout une perte de temps. Et puis de toute façon on est bien trop bêtes pour comprendre.

Heureusement, quelques infos ont fini par sortir et comme on n’est finalement pas si cons que ça, on a compris à quel point leur petite cuisine pouvait s’avérer dangereuse, voire mortel. Enfin, surtout pour nous.

Alors qu’y a-t-il au cœur de ce gâteau ?

Un traité qui, une fois signe par la commission européenne, donnera la primauté au droit des entreprises sur le droit constitutionnel des Etats.

Ah euh… Mais qu’est-ce que cela veut dire, concrètement ?

Ben concrètement ça veut dire qu’à partir de désormais (enfin à partir du moment où le traité est signé), ce seront les entreprises et non plus les états qui feront la pluie et le beau temps législatif sur notre Vieux Continent. Bon et bien sûr pas n’importe quelles entreprises, parce qu’il faut quand-même un certain pouvoir pour faire la loi a la place des états. On parle ici des grosses, GROSSES entreprises : les banques, principalement, et leurs marionnettes : les multinationales. Le but unique et sans appel de ces structures est assez clair : le FRIC. Et la fin justifiant les moyens, tout ce qui s’avère potentiellement rentable est bon à prendre : la bouffe, la boisson, les fringues, les transports, l’énergie mais aussi la santé, l’environnement, l’éducation… La vie quoi.

Maintenant, c’est elles qui vont décider.

Décider de quoi ? D’à peu près tout en fait.

Par exemple, si l’Europe ne veut (toujours) pas importer d’OGM, les multinationales des OGM peuvent s’opposer à cette décision parce que les OGM, comme chacun sait, ça ramène beaucoup de fric.

Par exemple, si l’Espagne lance une campagne anti-tabac, les entreprises qui produisent et vendent des clopes peuvent l’en empêcher parce que merde, les clopes, c’est quand-même un business sacrement juteux.

Par exemple, si la France décide (enfin !) d’augmenter le SMIC, les multinationales peuvent dire NO WAY parce que bon, plus les salaires sont hauts, plus les profits sont bas, or le profit, y a que ça de vrai.

Par exemple si l’Allemagne empêche la destruction d’une forêt qui recouvre un gisement de gaz de schiste, les multinationales peuvent la détruire quand-même parce que bon l’oxygène, les petits feuilles et les écureuils ça va bien 5 minutes alors que le gaz de schiste, ça, ça va peut-être leur ramener des milliards.

Par exemple si l’Europe veut être plus ferme sur les critères de son label bio (en supprimant par exemple le droit de labeliser des aliments OGM en deca d’un certain pourcentage), les multinationales peuvent lui interdire parce que c’est de la concurrence déloyale aux légumes aux pesticides des gros trusts américains.

Et puis tant qu’à faire, les multinationales peuvent aussi décider d’arrêter avec ces conneries de sécurité sociale pour tous. La sécurité sociale, tu l’achètes si t’es riche. Et si t’es pauvre, ben tu crèves, comme dans Stephen King (et la plupart des pays du monde, dont la plus grande puissance économique mondiale).

Et puis tant qu’à faire, les multinationales peuvent aussi décider d’arrêter avec ces conneries d’éducation gratuite pour tous. Quoi ? Les grandes écoles, c’est élitiste ? Ben oui effectivement les pauvres ne peuvent pas trop se les payer, mais elles au moins elles brassent du fric, contrairement à vos univ pourries.

Etc.

Alors bien sur les états peuvent toujours agir, même si leur pouvoir se trouve grandement limité et en quelque sorte réduit à un rôle de négociateur pour essayer de faire valoir les intérêts de ses populations. Le problème c’est que ces intérêts-là, les multinationales n’en ont que faire puisque tout ce qui les intéresse c’est de s’enrichir encore et toujours. Inexorablement. Implacablement. Et puis je ne suis vraiment pas sure que les gouvernements, d’ailleurs, en aient quelque chose à foutre non plus…

Mais bon, partons du principe qu’ils ont à cœur l’intérêt général…

Que se passe-t-il si un gouvernement exprime son désaccord a une entreprise ? Ne vous inquiétez pas tout est prévu par le TAFTA : l’entreprise colle un procès au cul de l’Etat.

Oui vous avez bien lu. Un état trainé devant les tribunaux par… une boite privée.

Et pas n’importe quels tribunaux. Des tribunaux privés soit disant impartiaux. En réalité remplis d’avocats vendus à la cause ultra-libérale et souvent hélas bien incompétents quand il s’agit de comprendre des concepts tels que la justice sociale ou l’écologie.

Et ce sont eux qui sont supposés arbitrer les litiges entre gouvernements et multinationales. Bref, pas besoin de tergiverser pendant des heures pour deviner de quel cote penchera la balance…

Vous imaginez un peu le bordel généralisé ?

Impensable, foutaises, balivernes, absurde, ridicule, impossible, inenvisageable, complétement délirant ?

J’imagine que vous vous sentez à mille lieux de pouvoir imaginer qu’une telle situation puisse arriver en France ou ailleurs en Europe. Et pourtant…

Savez-vous que dans le cadre de ce même type d’accords, négociés secrètement loin, très loin des populations :

  • L’Australie et l’Uruguay ont dû rendre des comptes (qui se chiffrent en milliards de dollars) à l’entreprise de cigarettes Philip Morris pour des campagnes anti-tabac que la multinationale a jugé discriminatoire (car Philip Morris se soucie beaucoup des discriminations)
  • Le Canada devra peut-être verser 220 millions de dollars à un gazier américain parce que le Québec a signé un moratoire interdisant l’exploitation de ses gisements de gaz de schiste au nom de la protection de l’environnement (connards d’écolos)
  • L’Égypte a dû abandonner un projet de hausse du salaire minimum sous la pression de sociétés européennes
  • Même histoire au Pérou qui souhaitait limiter les émissions de gaz toxiques
  • Un fournisseur d’électricité suédois réclame des millions de dollars à l’Allemagne qui a eu le malheur d’entamer sa sortie du nucléaire

Etc.

Je pourrais multiplier les exemples pour montrer que je n’invente rien et que la logique profits versus hommes et environnement est de mise partout dans le monde. Et quand même les barrières légales étatiques censés nous protéger en viennent à sauter, on se demande vraiment dans quel trou sans fond sommes-nous en train de tomber ?

Bref, vous l’aurez compris, la petite cuisine qui mijote à l’UE, personnellement cela fait des mois qu’elle me fait frémir d’horreur. Pour moi le TAFTA est, à ce jour, l’invention la plus diabolique du capitalisme pour asservir les états et leur population, les réduire à l’impuissance.

Je ne rigole pas quand je parle de fin du monde. En Europe, en France surtout, nous nous sommes battus pendant des siècles pour obtenir un système social juste et égalitaire, qui, bien que loin d’être parfait, s’avère plutôt efficace (de moins en moins depuis qu’on a décidé de faire un business d’absolument tout). Et tout cela pourrait être réduit à néant pour l’intérêt purement financier de quelques-uns. Bien sûr, nous nous battrons mais il sera peut-être trop tard. Il faut se battre maintenant. A partir du moment où on accepte ce traité, il n’y a qu’un pas à franchir pour la fin du monde, d’un monde, de notre monde.

EAT THAT

Pour aller plus loin :

Une petite vidéo de 3 minutes décapante : https://www.youtube.com/watch?v=zHK1HqW-FQ0

Le remarquable dossier du Monde Diplomatique: http://www.monde-diplomatique.fr/dossier/GMT et en particulier cet article.

Le blog : https://stoptafta.wordpress.com/

Par ailleurs je ne peux que vous recommander d’agir à votre petite échelle :

De liker la page facebook : https://www.facebook.com/pages/STOP-TAFTA-France-Fanpage/459897567465086

De signer la pétition : https://www.collectifstoptafta.org/

D’en parler autour de vous.

De partager cet article.

Chaque petit pas compte.

Publicités

Une réflexion sur “Recette de la Fin du Monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s