5 choses à se dire pour alléger une peine de cœur

Nous avons tous un jour été sujet aux chagrins d’amour, nous savons quel mal de chien ça fait et, même après notre 14ème break-up, nous ne savons toujours pas vraiment comment les gérer. Nous les avons traversé ces foutues phases de désespoir, d’angoisse, de manque terrible qui semble nous dévorer de l’intérieur. Nous l’avons sentie cette boule dans le creux du bide. Nous les avons versés ces torrents de larmes. Nous nous sommes dit que la vie ne valait plus la peine d’être vécue, que nous ne nous en relèverions jamais, que nous avions tout perdu, fortement merdé ou nous nous sommes demandé ce que nous avions fait pour mériter cela. Nous avons maudit l’autre, nous l’avons détesté, injurié, accablé de reproches et pourtant, malgré tout notre ressentiment et notre douleur, nous aurions fait n’importe quoi pour qu’il/elle revienne.

Et parfois, au milieu de tout cela nous avons entrevu des éclaircies, nous avons eu des moments de lucidité ou les choses nous sont parues plus légères et pas si graves dans le fond. Et ce n’était pas faux : les choses ne sont souvent pas aussi graves qu’on le croit. Dans ces moments d’apaisement, des pensées consolantes nous ont peut-être traversé l’esprit, le genre de réflexion rassurante qui agit sur l’esprit comme un baume cicatrisant et lui fait comprendre que la souffrance qu’il peut ressentir n’a rien d’inexorable et de définitif.

En voici 5 que j’estime utile de se répéter dans ces moments-là pour relativiser et comprendre que le ciel n’est pas en train de nous tomber sur la tête.

  1. « Il/Elle fait de son mieux »

Eh oui, même si on en a pas l’impression, même si on est persuadé que l’autre fait exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire ou qu’il fait tout pour nous faire souffrir, en réalité, comme tout le monde, tout le temps dans la vie, il/elle fait de son mieux. Tout comme vous, il/elle ne cherche qu’une chose : se libérer de sa souffrance et atteindre le bonheur, et même s’il s’y prend mal et que vous en faites les frais, vous ne pouvez pas lui enlever ce droit le plus strict. Donc vous pouvez le maudire et lui en vouloir autant que vous voulez mais cela ne fera qu’ajouter votre souffrance à la sienne, ce qui ne sera pas très constructif. A la place, se dire que l’autre fait de son mieux aide à lui pardonner et pardonner, ça fait du bien.

  1. « Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait et il/elle peut encore me surprendre »

Il n’y a rien dans ce monde qui ne soit pas soumis au changement, y compris au changement inattendu. Donc il ne faudrait pas perdre de vue que, même si on est persuadés que notre vie restera à jamais un champ de ruine fumant, on se trompe probablement et que, même si on est à présent convaincu que l’autre n’est qu’un monstre maléfique décidé à causer notre perte, on est jamais à l’abri d’une belle surprise. Efforçons-nous donc de lui laisser le champ libre pour nous étonner et nous faire oublier tout ce que nous avons pu subir à ses côtés.

  1. « C’est une épreuve de la vie dont je retirerai forcément quelque chose »

Au lieu de s’appesantir pendant des heures sur ce que l’on a fait ou pas fait, ce qu’on aurait du faire, ce qui aurait pu être autrement, sur tous ces moments où les choses ne se sont pas passées comme elles auraient du se passer, sur ce qu’on pourrait maintenant faire ou dire pour que ça change, sur ce qu’on devrait rattraper, sur ce qu’on a à racheter, sur ce que l’autre a à se faire pardonner, etc. prenons les choses pour ce qu’elles sont : un moment douloureux à passer, une énième épreuve de la vie à laquelle on échappe pas, juste parce que ben, c’est la vie quoi. Et n’oublions pas que 1. Toute épreuve se traverse tant bien que mal et 2. On en retire toujours quelque chose. Ca fait mal en attendant mais de toutes façons on n’a pas d’autre choix : il faut serrer les fesses et atteindre le bout du tunnel.

  1. « Je ne peux pas encore tout comprendre »

Il y a souvent beaucoup d’incompréhension dans ces moments-là. Les choses nous dépassent, on n’arrive pas à communiquer, à s’expliquer, à appréhender ce que l’autre ressent et par conséquent, à se comporter de manière vraiment rationnel et objective. La vérité c’est que vous ne pouvez pas encore tout comprendre. C’est impossible. Il y a trop d’émotions, trop d’enjeux, trop de négativité. Mais cela viendra. L’orage s’arrêtera un jour, le soleil brillera à nouveau et tout paraitra plus lumineux. En attendant, inutile de tirer des conclusions définitives (« Il ne m’aime plus et ne m’aimera plus jamais », « Il ne m’a jamais aimé », « La vie c’est de la merde », « Je ne trouverai plus jamais personne d’aussi parfait » and cie) qui ne ferons que vous rendre plus malheureux et qui se révèleront très probablement être le fruit de votre imagination.

  1. « C’est grand l’univers »

Hors sujet ? Point du tout. Notre peine parait immense mais si on prend quelques minutes pour visualiser l’univers tout entier, c’est-à-dire l’ensemble de la matière distribuée dans le temps et dans l’espace (wow), elle parait soudain bien dérisoire. Ca aide à relativiser un peu quand-même, ce truc gigantesque qui nous transcende complètement et dont nous sommes pourtant un élément indéboulonnable et légitime. Diluer sa peine dans cette immensité, ça rend un peu plus serein, non ? 🙂

See original image
Vous voyez bien qu’il est tout petit ce chagrin d’amour 🙂

Bon et bien sûr, pas besoin d’être au fond du gouffre pour se dire tout ça, ça marche tout aussi bien dans la vie de tous les jours et ça prévient sûrement les peines de cœur dévastatrices…

Et vous, c’est quoi vos trucs contre le mal d’amour ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s